Sur le banc...

Publié le par mamido55

Pour "Mil et une", en regardant la photo du banc...

 

Un parc, en ville…

77a

 

A cause du temps pourri de ce printemps, je n’avais pas encore pu profiter de l’immense parc, en plein cœur de la ville. J’aime ce coin de nature, certes bien disciplinée, que celle-ci offre à la citadine que je suis, à deux rames de métro de chez moi. Cela me permet, à peu de frais (le prix d’un ticket) et très rapidement d’avoir l’impression de me retrouver à la campagne.

 

J’ai découvert ce banc, un peu isolé et en plein soleil. Pour ces deux raisons, je sais que je ne serai pas trop dérangée par la foule des promeneurs, à la recherche d’un peu de fraîcheur et peu enclins à s’éloigner des sentiers battus.

 

En sortant du métro, j’ai acheté un magazine car je sais d’avance que je n’aurai pas le courage de lire le dernier roman de Marc Dugain que j’ai pourtant mis dans mon sac à dos avant de partir, en compagnie de mes lunettes de soleil, d’une bouteille d’eau et d’un sandwich.

 

Dès que j’ai quitté l’allée sablonneuse, j’ai ôté mes chaussures pour traverser le doux tapis d’herbe verte, tondue de frais et rejoindre mon banc. Je me suis installée, le sac à dos me servant d’oreiller, les pieds sur l’accoudoir. C’est un peu plus raide que mon canapé mais l’air sent bon le gazon fraîchement taillé et le soleil de Mai, pas encore trop intense, me réchauffe agréablement. S’il n’y avait pas cette petite brise pour mettre le désordre dans les pages de mon magazine, ce serait parfait !

 

Je n’ai pas le courage d’y remédier, mon autre main est prise par le macaron au parfum de rose que j’ai choisi dans la vitrine du pâtissier, juste en face de l’entrée du parc. Il me faudrait le poser ou en accélérer la dégustation, ce à quoi je me refuse expressément… Finalement, c’est la revue que je ne tarde pas à laisser tomber sur ma poitrine, une main dessus pour éviter qu’elle ne s’envole.

 

Au moment où la dernière bouchée de ce divin macaron fond sous ma langue, je me laisse glisser dans un sommeil bienheureux… Je sens que je vais bien profiter de cette journée au parc.

 

Mamido, le 1er Juin 2012

Publié dans Mil et une

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article