Envole-moi.

Publié le par mamido55

Pour inspiration:

Une consigne des "Impromptus littéraires". Une photo de Romaric Cazaux. Deux chansons "Envole-moi" de Goldman et "Elle dort" de Cabrel...

 

A Olivier...

 

Envole-moi.

Cazeaux-la-danse.jpg

 

Elle se souvient.

Elle est toute petite et il la prend dans ses bras. Il la soulève au-dessus de sa tête et la fait tournoyer dans les airs. Elle sent le vent dans ses cheveux et sur ses jambes nues aussi.

Le paysage autour d’eux qui tournoie, avec pour seul repère fixe le sourire éclatant de son père auquel, éperdue, elle accroche son regard.

Et cette sensation de vertige et de plénitude ! Pour la retrouver, longtemps elle réclamera à son père :

« - Envole-moi, papa, envole-moi ! »

Jusqu’à ce qu’elle ait trop grandi et qu’il ne puisse plus la soulever.

 

Elle se souvient.

Elle court dans la douce brise estivale.

A la poursuite d’une balle, d’un papillon ou d’elle ne sait quelle autre trésor.

Elle sent sur ses jambes la caresse des hautes herbes qui ondulent autour d’elle comme des flammes vertes.

Légère, elle saute par-dessus les flaques laissées par le dernier orage. Elle délaisse le portail ouvert pour bondir par-dessus la barrière, avant de rentrer chez elle.

« - Envole-moi, envole-moi » murmure-t-elle, en refermant doucement la porte.

A qui s’adresse-t-elle ? Aux nuages qui filent tout là-haut dans le ciel, au soleil qui joue à cache-cache avec eux ?

Ça, elle l’a oublié.

 

Elle se souvient.

Elle danse sur le plancher ciré de la salle à manger. Tout son corps se balance, sans effort.

Elle sent la douceur de la soie de son jupon indien qui ondule  et qui s’enroule autour de ses jambes.

Son amour la rejoint et elle s’envole, si légère dans ses bras. Le monde autour d’eux qui voltige, avec pour seul repère fixe son sourire éclatant auquel, éperdue, elle accroche son regard.

 Avec lui, elle retrouve enfin cette sensation de vertige et de plénitude.

« - Envole-moi, envole-moi » susurre-t-elle à son beau fiancé.

 

Elle se souvient.

C’est l’affaire d’à peine un instant.

L’ombre d’une biche qui surgit d’un fossé. Un coup de volant pour l’éviter. La perte de contrôle. La voiture qui tournoie, et le paysage aussi, tout autour d’elle. Si vite, si vite…

Pas le temps d’avoir peur, juste cette étrange sensation de vertige et de…

« - Envole-moi, envole-moi … » murmure-t-elle aux secours qui s’affairent autour d’elle.

Elle ne sent plus ses jambes… Elle ne sent plus rien…

 

Tout d’un coup, elle se sent si légère… Elle a tout oublié. Elle s’endort.

 

Mamido, 22 Mai 2013

Commenter cet article

JP 24/05/2013 06:43

quelle belle envolée