Dans la limousine...

Publié le par mamido55

Texte écrit en regardant la photo de Romaric Cazeaux choisie par Leîloona pour "Une photo, quelques mots" n° 59.

Dans la limousine...

cazeaux-limousine.jpg

Ça leur était tombé dessus comme ça, du jour au lendemain.

Au volant de sa limousine toute neuve, Célestin en était encore à se demander comment ça se pouvait.

 

Un matin, il avait accompagné Marinette au village dans leur vieille 4L de 88… Elle l’avait envoyé chercher le pain chez le boulanger pendant qu’au tabac/presse, elle allait soi disant acheter des cartes de vœux pour souhaiter la bonne année à toute la famille éparpillée.

Elle était ressortie avec le journal. On se demande bien pourquoi puisqu’ils ne le lisaient ni l’un ni l’autre !

 

Sur le trajet du retour, Marinette s’était montrée étrangement silencieuse. Elle tenait le journal plié sur ses genoux, les yeux dans le vague. Quand Célestin lui avait demandé si elle avait entendu des mauvaises nouvelles en cancanant au bureau de tabac, Marinette lui avait répondu par un : « Je saurais pas trop dire encore, non, je saurais pas trop dire… » auquel il n’avait rien compris.

 

En arrivant à la ferme, Marinette avait abandonné son cabas et son journal dans l’entrée pour monter directement au grenier, sans même prendre le temps de quitter son manteau. Célestin l’avait entendu farfouiller là-haut, avec des bruits comme si elle déplaçait des meubles et fouillait dans les tiroirs. Puis il l’avait vu redescendre et débarquer dans la cuisine avec dans les mains une vieille boîte de biscuits en fer, dont le couvercle tenait fermé avec un gros élastique. Et elle portait celle-ci comme si c’était le Saint Graal !

 

Ensuite, elle avait étalé le journal sur la table et sorti de la boîte en fer une espèce de ticket. A ce moment, Célestin avait perdu ses nerfs :

« - Mais enfin, est-ce que tu vas me dire ce qui se passe ?! T’es toute bizarre depuis hier au soir. T’as fait la sarabande toute la nuit de la cave au grenier, à remuer la poussière, bouger les meubles et tirer les tiroirs, comme tout à l’heure. »

« - Je cherchais une cachette… » a répondu Marinette.

« - Un cachette pour quoi ? » a tempêté Célestin « et qu’est-ce que tu tournes avec ce journal et ce ticket. Dis moi ce qui t’arrive, tu vires à la folie ou quoi ? »

 

Mais Marinette ne lui répondait pas. De l’index gauche elle suivait une ligne sur la première page du journal, de l’index droit elle faisait de même sur son drôle de ticket. En même temps, elle marmonnait quelque chose que Célestin ne parvenait pas à comprendre.

Sa lecture à peine terminée, elle a chancelé. Célestin a cru qu’elle tournait de l’œil, il a juste eu le temps de lui glisser une chaise sous les fesses.

Là, le vieil homme est devenu carrément inquiet. Il voyait bien que sa Marinette, elle donnait plus l’heure.

« - Mais qu’est-ce que t’as, à la fin, Tu vas me le dire ?! »

 

Toujours sans un mot, Marinette a donné le ticket à Célestin tout en tendant le doigt vers le journal. Celui-ci a chaussé ses lorgnons, s’est assis. Il a d’abord regardé le journal sur lequel un gros titre s’étalait :

EUROMILLION : 153 millions !!!

Le gagnant est dans notre région !!!!

Juste en dessous, les numéros gagnants : 6-10-23-44-49 et inscrits dans deux étoiles 1 et 7.

Les yeux de Célestin se sont reportés sur le ticket. Dans un état second, il a pu constater que les mêmes numéros y étaient inscrits.

 

Alors il a balbutié :

« -Qu’est-ce que ça veut dire ?! »

Marinette lui a répondu d’une voix blanche et presque inaudible.

« - A ton avis ? A la télé, y nous bassinaient depuis plus d’une semaine avec leur gros lot. Au bureau de tabac, Vendredi, la Joëlle, elle a dit : Pour gagner, encore faut-il participer ! Alors, je sais pas ce qu’y m’a pris, j’ai acheté un ticket. »

« - Et les numéros ? »

« - J’ai coché comme ça, au hasard… »

« - Alors, ça veut dire que tu as gagné ? »

« - Mmmmouhais, il semble que ça veuille dire ça ! »

« - Mon Dieu, mais qu’est-ce qu’on va devenir Marinette ? »

« - Ça, je sais pas trop. C’est ce que je n’arrête pas de me demander depuis hier !!! »

 

Ce qu’ils sont devenus ?!

Ils ont mis la ferme en gérance et pour l'instant, ils passent l’hiver sur la côte d’Azur.

Marinette a renoncé à ses tabliers à fleurs et porte des tailleurs de grands couturiers. Célestin ne s’habille plus qu’avec des costumes trois pièces au lieu de ses bleus de travail. Il a l’impression que c’est Dimanche tous les jours…

Ils ont échangé leur vieille 4L contre cette luxueuse limousine. Marinette est devenue une véritable femme d’affaire. Elle lit la presse financière et économique pour suivre les cours de la bourse et faire de bons placements.

 

Est-ce que c’est une bonne chose ?!

Bien au chaud dans sa limousine et dans son pardessus douillet en Alpaga, Célestin serait tenté de prononcer les mêmes paroles que Marinette, l’autre matin, quand ils rentraient du village.

« - Je saurais pas trop dire, là encore, je saurais pas trop dire… »

 

Mamido, le 28 Novembre 2012

Commenter cet article

Leiloona 04/12/2012 12:06

Oui, parfois il vaut mieux ne pas gagner ... Tu connais le texte "la liste de mes envies" ? Sinon lis-le, tu verras pourquoi j'écris ça ! :D

stephanie 03/12/2012 22:18

super texte, j'aime la mamie qui ne sait pas trop comment mettre son tresor de coté, le papi qui se dit que sa femme ne tourne pas rond, j'aime aussi " ce qu'est ce qu'on va devenir" comme si
quelque chose de mauvais leur tomber sur la tête, et d'ailleurs etait ce vraiment une bonne chose...

Morgane 03/12/2012 18:00

Génial ce texte ! Très bonne l'idée de la loterie ! J'aime beaucoup le personnage attachant de Marinette.

Jean-Charles 03/12/2012 17:25

:D :D excellent, j'aime bien tes personnages et puis cette phrase : "Il voyait bien que sa Marinette, elle donnait plus l'heure."

Ben 03/12/2012 14:12

Moi non plus, je saurais pas trop dire si c'est une bonne chose. C'est drôle, je n'avais pas pensé que le passager derrière le journal puisse être une femme. Mais en regardant de près, on peut
vraiment se poser la question.

Cardamone 03/12/2012 13:33

J'aime beaucoup la "philosophie" des personnages, celle du "je saurais pas trop dire encore, non, je saurais pas trop dire..."!

Yosha 03/12/2012 06:53

Jolie trouvaille l'idée du loto ! La réflexion finale me fait un peu penser à "La liste de mes envies" (qu'il faut que je lise !)