Ange gardien.

Publié le par mamido55

En regardant un tableau de Juliette Latron " L'ange gardien".

Ange gardien.


ange-gardien.jpg

De quel soleil es-tu le gardien

Mon ange ?

Il est déjà couché…

Sur sa douce lumière

Tu reposes

Insouciante et apaisée.

 

Quel drôle de gardien

Tu fais, mon ange !

Insensible aux ténèbres

Qui entourent notre couche

Où peu à peu, un destin funèbre

Sournoisement prend souche.

Le voilà qui s’insinue, mine de rien,

Il déjoue le gardien.

Et toi, tu dors, mon ange.

 

De quel sommeil es-tu le gardien,

Mon ange ?

Sûrement plus du mien.

T’es-tu aperçue que c’est le vide

Qu’en tes bras tu étreins ?

Le mal, de ses racines

A attrapé ma main.

Il me tire, il m’aspire

Il chante à mon oreille

Son doux chant malsain.

Peu à peu, je lui cède,

Je lui concède

Mon âme et mon destin.

Le noir devient couleur

Et il fait naître en moi

Un très troublant émoi

Un funeste bonheur.

 

Réveille-toi, mon ange !

Ne laisse pas pâlir le soleil

Ne me laisse pas partir…

Redeviens le gardien

Du soleil de minuit

De minuit sans soleil

Du sommeil de mes nuits

De mes nuits sans sommeil…

 

Alors, j’ai entendu la douce voix du séraphin

Sur ma nuque, ma chevelure, il a posé sa main

Attiré en son giron, ma tête contre son sein.

« - Cesse donc de t’agiter ainsi, ma douce…

Aux autres angelots, tu vas filer la frousse !

Et Lucifer rameuter, avec ton tintamarre

Car diable, il les apprécie, tes maudits cauchemars ! »

 

Mamido, 12 Juin 2013.

 

Publié dans Bricoleurs de mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article